Document à décharge pour Rudolf Hess occulté au "grand" procès de Nuremberg.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Document à décharge pour Rudolf Hess occulté au "grand" procès de Nuremberg.

Message  Admin le Sam 1 Aoû - 18:32

 

Document à décharge pour Rudolf Hess occulté à Nuremberg.

Le 7 juillet 1945,à la demande des autorités de Nuremberg,
une femme d'origine allemande,Kate Eva Schmi-Hoerlin,rédigea un témoignage.
Onze ans auparavant,lors de la fameuse "nuit des longs couteaux",
son époux, Willi Schmid,qui travaillait pour le Muenchner Neueste Nachrichten
en qualité de critique musical,avait été assassiné par erreur.
Enregistré sous la cote "L-135",ce témoignage devait servir à l'Accusation
afin de démontrer le caractère criminel du régime national-socialisme.
Mais il ne fut pas utilisé lors des débats.Pourquoi ?
La raison est simple:

- dans cette déclaration, Kate Eva explique objectivement ce qui lui est arrivé
et comment elle a souhaité sauvegarder l'honneur de son mari en cherchant
la vérité sur son assassinat.
Elle révèle les différentes réactions auxquelles elle a été confrontée:

- celle de Heinrich Himmler,froide et menaçante,
- celle de Fritz Wiedemann,compatissante,
- et surtout celle de Rudolf Hess,chaleureuse et généreuse.
Grâce à lui,Kate Eva obtient la lumière sur la mort de son mari
ainsi qu'une pension équivalente au salaire qu'il gagnait
au Muenchner Neueste Nachrichten.

On comprend donc pourquoi l'Accusation garda ce document dans ses dossiers,
le cachant soigneusement à la presse et à la Défense.

Voici ce document.




En recherchant autour du document L-135,nous nous retrouvons
aux Etats-Unis où une femme,Bettina Hoerlin,issue du remariage de Kate Eva
avec Hermann Hoerlin, retrace l'histoire de ses parents dans son livre

Steps of Courage :
My Parents' Journey from Nazi Germany to America

(les pas du courage:
le voyage de mes parents depuis l'Allemagne nazie jusqu'en Amérique).
A leur mort,Bettina retrouva dans une valise les 500 lettres
qu'ils avaient échangées entre 1934 et 1938.
Cette découverte lui inspira un livre qui mêle leur histoire d'amour passionnée
et les événements tourmentés de cette période.Bettina Hoerlin raconte la fuite
de sa mère en Autriche avec ses trois enfants,Duscha,Thomas et Heidi,
son aventure avec Hermann Hoerlin,brillant alpiniste et physicien allemand,
sa peur pour sa vie à cause de ses origines juives.
En juillet 1938,pourtant,Kate Eva put tranquillement se marier avec Hermann Hoerlin.
Peu après,ils émigrèrent aux Etats-Unis.Kate Eva donna alors naissance à Bettina,
où cette dernière pu s'épanouir auprès de ses frères et soeurs.
Avant de partir,Kate Eva avait fait la connaissance du baron Georg von Trapp,
de sa femme Maria Augusta et de leurs neuf enfants.L'amour de la musique
et la haine de Hitler les avaient rapprochés.
Eux aussi cherchaient à émigrer aux Etats-Unis;ils le firent peu après les Hoerlin.
Une fois en Amérique,en 1939,la famille von Trapp sillona le continent en donnant
des concerts,jusqu'en 1947 où elle décida de fonder
le "camp de musique de la famille Trapp".
Elle connut un grand succès et,un beau jour,rejoignit Kate Eva Hoerlin.
Les retrouvailles furent chaleureuses.
Tout le monde connaît La Mélodie du Bonheur...
Mais sait-on que ce film musical de Robert Wise, sorti en 1965,
est en fait une adaptation de la comédie musicale homonyme de Richard Rogers
qui avait été jouée à Broadway en 1959,et qu'elle-même avait été une adaptation
du livre autobiographique de Maria Augusta von Trapp écrit en 1949 ?
Et surtout,sait-on la générosité dont fit preuve Rudof Hess à l'égard de cette femme
et de ses trois enfants ?
C'est pour réparer ces oublis que,aujourd'hui,nous publions le document L-135
pour la première fois traduit en français.  

---------------------------------------------------------------------------------  


Maria Augusta von Trapp.



La Mélodie du Bonheur est l'une des plus grandes comédies musicales
de tous les temps.
L'histoire de Maria,du capitaine et de leurs enfants fait aujourd'hui partie de l'imaginaire
collectif de milliers de familles.
Cette comédie musicale s'inspire de l'autobiographie de Maria Augusta von Trapp,
publiée en 1949.


Maria Augusta Kutschera est née le 26 janvier 1905 dans un train voyageant
en direction de Vienne.
Elevée dans une idéologie socialiste et non croyante,la rencontre,au collège,
d'un prêtre jésuite bouleverse ses certitudes.
Après être entrée au couvent,elle est envoyée chez le capitaine Georg von Trapp,
veuf et père de 9 enfants,dont l'une des filles,atteinte d'un rhumatisme articulaire aigu,
nécessite une assistance.
Le 26 navembre 1927,elle se marie avec le capitaine et devient ainsi la belle-mère
de ces 9 enfants.
Peu après l'Anschluss,la famille von Trapp choisit de quitter Salzburg pour échapper
au régime hitlérien.
Maria,enceinte du dixième enfant du capitaine,Johannes,suit la famille jusqu'en Italie,
dans son périple à travers les Alpes autrichiennes.
Elle écrit:
"Du jour au lendemain,nous étions devenus pauvres,nous étions devenues des réfugiés.
Un réfugié n'a pas de pays,ni de droits,il est déraciné.Parfois,il se sent comme un colis
qu'on envoie d'un endroit à l'autre."


Son histoire a été racontée dans une comédie musicale jouée à Broadway en 1959 et qui,
par la suite,connut un succès mondial.
Le film The Sound of Music (La Mélodie du Bonheur),s'en inspire.
Sorti en 1965,il a comme vedettes:Julie Andrews et Christopher Plummer.
Aux Etats-Unis,leur nouvelle terre d'accueil,la famille Trapp vit de son art en parcourant
le pays et en donnant des représentations.
En 1939,ils achètent une demeure à Stowe (Etat du Vermont) avec 242 hectares
de terrain.
Pendant quinze ans,ils continueront à parcourir le pays.
Ils fondent le "Camp de musique de la famille Trapp" en 1947,devenu ensuite
la "Trapp Family Lodge".
Après les voyages avec les Trapp Family Singers (les chanteurs de la famille Trapp),
Maria et trois de ses enfants,Maria, Rosemarie et Johannes,s'engagent dans
le Pacifique Sud comme missionnaires.
Ils se rendent en Nouvelle-Guinée et parcourent les îles voisines.
En 1972,Maria regagne la demeure familiale de la famille Trapp au Vermont.
Au crépuscule de sa vie,elle commence la rédaction de ses mémoires qu'elle publie
en 1972.
Jusqu'à la fin de ses jours,elle s'occupa de l'entreprise familiale.
Maria von Trapp est décédée en 1987.Johannès,le plus jeune de ses fils,
gère aujourd'hui la "Trapp Family Lodge".(cliquez ci-dessous):


http://www.tvtrip.fr/stowe-hotels/trapp-family-lodge?sempgn=trapp-family-lodge&gclid=CK_Tr9PXybYCFU3KtAod7DoAaA



Wiki:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Augusta_Trapp




..../.....


----------------------------------------------------------------------------------------------

Déposition de Kate Hoerlin.

Etat de New-York
Comté de Broome
Ville de Binghamton.


Kate Eva,dûment assermentée,dépose et dit:
Kate Eva déclare sous serment:


" Le samedi 30 juin 1934,j'habitais avec mon ancien marie le Dr Willi Schmid
et mes trois enfants Renate (Duscha),âgée de neuf ans,Thomas,âgé de sept ans,
et Heidi,âgée de deux ans,dans un appartement situé au troisième étage au 3 Schackstrasse,Munich,Allemagne.
En ce temps-là,mon mari,Willi Schmid,était critique musical pour
le Muenchner Neueste Nachrichten, le journal le plus important de Munich.
A 19h 20 le soir du 30 juin,alors que mon mari était dans son bureau en train de jouer
du violoncelle,pendant que j'étais en train de préparer le dîner et que les enfants
jouaient entre la salle à manger et la cuisine,on sonna à la porte.
Mon employée,Anna Bielmeier,alla répondre.
Elle alla chercher mon mari et lui dit qu'il y avait un homme qui voulait discuter
avec lui à propos d'un travail.
Je demandai à mon mari pourquoi quelqu'un viendrait à cette heure un samedi soir,
mais il dit qu'il le verrait de toute façon.Je suivis mon mari jusqu'à la porte et vis
un homme qui se tenait là,habillé en civil.
Au moment où mon mari atteignait la porte,l'homme en civil entra à l'intérieur,
et quatre hommes en uniforme SS,armés,apparurent sur le côté de l'entrée
et continuèrent leur chemin dans notre appartement jusque dans le bureau
de mon mari.Je les suivis.
Mon mari leur demanda ce qu'ils voulaient.
Ils répondirent simplement :"Viens avec nous tout de suite."
Mon mari leur demanda ensuite s'ils avaient un mandat ou une pièce d'identité,
et ils répondirent qu'ils n'en avaient pas besoin.
Je leur dis qu'il devait y avoir une erreur,et que j'allai chercher les papiers de mon mari
qui étaient dans un tiroir de son bureau.
Je me tournai alors pour me rendre jusqu'au bureau qui était de l'autre côté de la pièce
quand mon mari me cria : "Ne bouge pas,ils te tueront"
Je stoppai là où j'étais et regardai les quatre SS avec leurs armes pointées sur moi.
Ensuite,ils attrapèrent mon mari et le poussèrent hors du bureau.
Quand ils atteignirent l'entrée,mon mari demanda s'il pouvait prendre son chapeau
qui était accroché là.
Je demandai aux SS si je pouvais venir,mais ils ne me répondirent pas.
Je les suivis jusqu'en bas des marches et dehors dans la rue où une voiture attendait.
J'étais naturellement dans un état d'inquiètude avancé à ce moment,et quand
ils le forcèrent à entrer dans la voiture,il dit :
" Sois calme,chérie,il ne peut s'agir que d'une erreur."
Ce sont les derniers mots qu'il me dit et je me souviens très clairement d'eux.
La pensée me vint de relever le numéro de la plaque d'immatriculation de la voiture.
Ce que je fis et écrivis immédiatement après avoir regagné mon appartement.
Je téléphonai aussitôt au Dr Arthur Huebscher,l'un des rédacteurs du journal de mon mari,
et lui racontai ce qui venait d'arriver.Il vint immédiatement.
Durant cette nuit,je passai d'innombrables coup de téléphone,appelant quiconque
dont je pensai pouvoir obtenir de l'aide.
J'ai appelé la police,qui m'a simplement dit qu'ils ne savaient rien,et qu'il n'y avait
rien qu'ils pourraient faire pour moi.
J'appelai aussi le quartier général de la Gestapo à différents moments de la nuit,
et ils me répondirent simplement qu'ils ne savaient rien de cela.
Le lundi,des employés du Muenchner Neueste Nachrichten contactèrent Karl Haniel
à Dusseldorf,membre du Conseil d'Administration au journal de mon mari,figure très
en vue dans l'industrie allemande de portefeuille,occupant entre autres la place
de président du Conseil d'Administration du "Gutehoffnungshuette",
la grande usine allemande d'acier.
Il vint à Munich aux environs du 3 juillet.
Il contacta la Gestapo immédiatement,et,grâce à son influence,réussit à obtenir
pour moi l'information que mon mari était mort.
On lui dit que mon mari avait été exécuté à Dachau "par accident".
On lui dit que le corps serait délivré en tant que "corps d'une personne innocente"
et on l'informa sur la façon dont il pourrait l'obtenir.
Le 4 juillet,Karl Haniel,son cousin Kurt Haniel ainsi que le Capitaine Schenck
et un autre homme du Muenchner Neueste Nachrichten vinrent comme prévu
à Dachau et prirent le corps dans un passage souterrain juste à l'extérieur du camp.
Il était dans un cercueil de bois brut qui était fermement scellée avec écrit
à la craie bleue sur le dessus:
"Dr Willi Schmid".Il a été donné à Karl Haniel et aux autres par des membres
de la Gestapo qui,d'une manière qui ne laisse aucun doute quant aux conséquences
d'une désobéissance,ordonna qu'en aucun cas on ouvrit le cercueil.
Les funérailles furent préparées pour le 6 juillet.
Je voulais faire publier l'avis de décès dans le journal de mon mari,mais l'employé
que je contactai au journal m'informa qu'ils avaient reçu des instructions de la Gestapo
qu'aucun avis de décès ne pourrait être publié sans l'approbation préalable
de cette dernière.
J'appelai donc la Gestapo afin de lui demander l'autorisation de publier l'avis de décès.
Ils me dirent que je pourrais le faire publier à condition que je dise que la mort
avait été accidentelle,également que je ne fasse mention ni de la date de la mort,
ni celle des funérailles,car une telle évocation pourrait troubler l'ordre public.
Je leur répondis que je ne ferai pas publier un mensonge et raccrochai.
Le journal publia l'avis de décès conformément aux restrictions de la Gestapo
sans mon consentement.
La Gestapo m'informa également que toute musique prévue aux funérailles,
comme tout discours envisagé en l'honneur du Dr Schmid,devrait dans un premier
lieu être passé au crible de la censure.
Mon beau-frère,Walter Schmid,m'obtint ce qui était supposé être un certificat
de décès officiel.
Cependant,le certificat qu'il me donna stipulait que mon mari avait trouvé la mort
à Dachau à 18 h le 30 juin 1934.
Je demandai à mon beau-frère de chercher à obtenir un véritable certificat de décès,
car mon mari n'avait même pas encore été arrêté à l'heure indiquée sur le certificat
qu'on m'avait donné.
En compagnie de mon autre beau-frère,Franz Ringler,Walter se rendit à la ville
de Dachau où il contacta le conseiller d'Etat Kellner à qui il demanda d'expliquer
l'erreur évidente du certificat qu'il avait reçu.Kellner informa mes beaux-frères
que le certificat avait été réalisé en conformité avec les instructions verbales données
par le Obersekretear Mutzenbauer,un employé  du camp de concentration de Dachau.
Cet individu devrait détenir des informations concrètes concernant le meurtre de mon mari.
Quand mon mari a été emmené il avait en sa possession une montre en or qui était
un héritage de famille.Il portait aussi quelque argent ainsi que d'autres effets personnels.
Plusieurs fois j'ai demandé à la Gestapo de me rendre cette montre,parce que j'y étais attachée sentimentalement,et on m'a souvent assuré qu'elle me serait restituée.
Mais ni la montre,ni rien des effets personnels de mon mari lorsqu'on l'a enlevé
ne m'ont jamais été remis.
Le 7 juillet,un employé de la Gestapo,le conseiller d'Etat Brunner,vint à mon domicile.
Il venait exprimer sa peine pour ce "regrettable accident".
Parmi de nombreuses autres questions,je lui demandai la raison de l'arrestation
de mon mari.
Il refusa de répondre à aucune des questions que je lui posai.

Durant les semaines qui suivirent,la Gestapo tenta de me corrompe par deux fois;
des messages étaient envoyés chez moi.
Ils n'affirmèrent jamais que l'argent était offert et ne voulurent ni reçu,ni aucun
autre autre accusé de réception pour cela.Je refusai à chaque fois.
La première fois,le messager emporta l'argent avec lui,mais la seconde fois il insista
pour me le laisser.
Je l'emmenai au Braunehaus,le quartier général de la NSDAP à Munich,où je racontai
à un employé ce qui venait de se passer et que j'avais refusé d'accepter l'argent.
Un capitaine,Fritz Wiedemann,membre du personnel de Rudolf Hess,
entendit la conversation et m'offrit son aide.
Il me dit qu'il pouvait laisser l'argent là et qu'il ferait tout son possible pour obtenir
une pension pour moi.
Il dit également qu'il essaierait de m'obtenir une déclaration stipulant que mon mari
était entièrement innocent.
Peu après je reçus un coup de téléphone:la voix au bout du fil m'annonça que
Heinrich Himmler désirait me parler.Une voix très arrogante vint ensuite pour me dire
qu'il vaudrait mieux pour moi que j'accepte l'argent qu'on m'avait proposé
et de me calmer pour le reste.Je réitérai mon refus et raccrochai.
Je contactai immédiatement le capitaine Wiedemann et lui expliquai le coup de fil
de Himmler.
Peu après,le 31 juillet,Rudolf Hess vint personnellement me rendre visite,
accompagné d'un adjudant.
Il m'annonça qu'il était venu pour exprimer toute sa compassion et assura
que les coupables seraient punis.
Je lui répondis de ne pas punir les jeunes hommes qui avaient emmené mon mari,
mais les véritables coupables,les responsables de cet acte.
Il me dit que je devrais penser à la mort de mon mari comme celle d'un marthyr
mort pour une grande cause.
Il me promit qu'il s'intéresserait personnellement à ce cas.
Une lettre de lui suivit sa visite,datée du 24 septembre 1934,dans laquelle il parlait
de sa visite chez moi et où il affirmait que l'assassinat de mon mari était en aucun cas
en rapport avec le complot de Röhm ou avec une culpabilité quelconque.
Une copie de cette lettre,attestée par un notaire munichois,le Dr Kleinmann,est jointe
à ma déclaration.
Mes deux beaux-frères ont également vu l'original de cette lettre,et leurs noms
et adresses sont inscrits en dessous.
Sur la requête de Rudolf Hess,le parti nazi me paya une pension mensuelle
de 1 000 marks,ce qui était l'équivalent approximatif du salaire de mon mari
avant sa mort
.

Ne voulant rien recevoir des Nazis et ressentant que le parti,qui à cette époque
était encore séparé du gouvernement allemand,ne pourrait me procurer à mes enfants
et à moi aucune véritable sécurité,je me débrouillai pour obtenir cette même pension
du gouvernement allemand.
Au terme de presque un an de négociations,plus six ou sept voyages à Berlin,
j'obtins finalement du Ministère des Affaires intérieures du Reich l'accord pour
cette pension.
Une copie photostatique de cet accord est jointe à la présente déclaration.
Je possède l'original et ne souhaite pas m'en séparer car cet accord du Reich,
et non du parti nazi,oblige encore l'Etat allemand à s'occuper de l'éducation
de mes enfants.

En toute justice,je dois déclarer que le capitaine Wiedemann,ancien membre
très influent de la NSDAP,a vraiment été compatissant envers moi,et je dois
beaucoup plus à lui qu'à quiconque pour sa protection contre la Gestapo.
Mon ancien mari,Willi Schmid,n'a jamais eu aucune affiliation politique,
et ne s'est jamais engagé dans des activités politiques.
En revanche,il était fermement antinazi et ceci était connu du directeur général
du Muenchner Neueste Nachrichten , le SS Gruppenfuehrer Hausleiter,
qui depuis 1933 contrôlait l'orientation politique du journal.
S'il est disponible, Hausleiter devrait être questionné sur sa connaissance
des circonstances qui ont résulté du meurtre de mon mari.Le jour même où mon mari
fut assassiné, un important chef SA nommé  Willi Schmidt fut également assassiné.
Beaucoup pensèrent que le meutre de mon mari résulta de la similitude entre
les deux noms, mais ce fait n'a jamais été établi ou admis.


" Sur la requête de Rudolf Hess,le parti nazi me paya
une pension mensuelle de 1 000 marks."



Mes deux beaux-frères à qui je fais référence plus haut connaissent bien
les circonstances qui ont suivi le meurtre de mon mari.Leurs dernières adresses
connues sont:

Walter Schmid,Riesserkop Strasse 17,Garmisch-Partenkirchen,Bavaria.

Franz Ringler,Dreitorspitze Strasse 24,  Garmisch-Partenkirchen,Bavaria.

Je quittai l'Allemagne en 1937 avec mes enfants et m'installait en Autriche.

Je me mariai alors en juillet 1938 avec mon actuel mari, Hermann William Hoerlin,
et nous partîmes pour les Etats-Unis peu après.Nous devînmes citoyens américains
en 1944.
Notre adresse actuelle est 35 Vermont Avenue,Binghamton,New-York.
Même si je me suis référée à la police secrète allemande en utilisant
dans cette déposition le terme "Gestapo",je dois cependant dire qu'au temps
du meurtre de mon mari, on les appelait en fait "police politique"."

Le 7 juillet 1945.

(signé) Eva Hoerlin.


ETAT DE NEW YORK
COMTE DE BROOME

Personnellement,et devant moi ce 7 juillet 1945,comparut Kate Eva Hoerlin
que je connus personnellement ces sept dernières années comme étant
Kate Eva Hoerlin,et qui,sous serment,a juré que la déclaration ci-dessus
était intégralement vraie et correcte.

(signé) Charles W.Turner,notaire.


SUPPLEMENT A LA DECLARATION DE KATE EVA HOERLIN

ETAT DE NEW YORK
COUNTY OF BROOME

Kate Eva Hoerlin déclare sous serment:

" Dans la déposition que j'ai signée sous serment le 7 juillet 1945,et qui relatait
les    circonstances liées au décès de mon ancien mari,le Dr Willi Schmid,
j'ai oublié de déclarer qu'après avoir écrit le numéro de la plaque d'immatriculation
de la voiture dans laquelle mon mari était emmené par les SS, le propriétaire
de cette voiture appartenait au Baron Rechlerg qui,je le crois,était étudiant à Munich
et membre de la SS à l'époque.
Il est possible que cet individu puisse avoir connaissance des circonstances
du meurtre de mon mari.
La plaque d'immatriculation de la voiture contenait les lettres IIIA,ce qui signifiait
qu'elle avait été enregistrée à Stuttgart.

(signé)  Kate Eva Hoerlin

A juré devant moi ce 9 juillet 1945.

(signé) Charles W.Turner,notaire.

-----------------------------------------------------------------------------------------------


Source:Sans Concession, n°75 -Mai/juin 2012, pp.102-106.
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4839
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum