Civilisations de l’Être, civilisations de l’Avoir, civilisation du Devenir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Civilisations de l’Être, civilisations de l’Avoir, civilisation du Devenir.

Message  Admin le Dim 14 Déc - 13:02


Civilisations de l’Être, civilisations de l’Avoir,
civilisation du Devenir.

par Leyla de Aragón.




On a pu se demander comment et pourquoi certains intellectuels de l’entre deux guerres,
issus de milieux aisés et raffinés, se tournèrent dans leur soif de nouveauté et d’absolu
vers le communisme, ce mouvement plébéien et prolétarien, plutôt que vers le fascisme ;
qu’on se remémore ce qu’était un certain fascisme et on comprendra mieux:


« Le but final de la Nation (…)n’est pas la vie matérielle mais la résurrection,
la rédemption des nations au nom de notre Sauveur Jésus-Christ.

Il viendra un jour, où toutes les nations de la terre ressusciteront avec tous leurs morts,
leurs rois, leurs empereurs et comparaîtront devant le trône de Dieu.

L’attente de ce moment, la pensée de ce moment final:

- la résurrection des morts est le but le plus élevé, le plus absolu vers lequel doit tendre une nation »
Livret du chef de nid légionnaire, 3 Déc. 1931

Les lignes ci-dessus sont de la plume de Corneliu Zelea Codreanu, qui s’il avait réussi
à prendre le pouvoir en Roumanie, l’aurait soumis à une idéologie qui aurait fait passer
le franquisme pour Vatican II :

- cet intégrisme théocratique sans rapport aucun avec le fascisme aurait figé ce pays dans le temps.
D’ailleurs les authentiques nationaux-socialistes, les Allemands, ne s’y trompèrent pas
puisque les chefs de la Garde de Fer passés en Allemagne après le coup de force
du Maréchal Antonescu furent internés à Buchenwald¹.




Malheureusement cet état d’esprit est encore une référence pour nombre de personnes
ou  mouvements nationalistes d’aujourd’hui; franchement, n’y a t-il pas dans l’hallucinant
galimatias mystique précité de quoi rebuter infailliblement n’importe quel esprit doté
d’un minimum de santé mentale ?
Et doit-on comprendre qu’ils voient ainsi la finalité ultime des Nations :





Cela n’aurait rien de surprenant car si Codreanu avait pu diriger la Roumanie,
elle aurait ressemblé à l’Iran après la prise de pouvoir de  Khomeyni :

- or on se souvient de l’enthousiasme avec lequel de nombreux « nationaux-révolutionnaires »,
l’aberrant Christian Bouchet   en tête,  avaient accueilli cette nouvelle en 1979.
Tous ces traditionalistes ont coutume de confronter les civilisations du temps aux civilisations de l’espace;
ils opposent « une vie qui demeure identique à travers les siècles et les générations »
au « mouvement d’un incessant changement, d’une rapide ascension et d’un déclin
tout aussi rapide et vertigineux  » ² , les civilisations ancrés dans le temps à celles éparpillés
dans l’espace,  c’est-à-dire la stagnation conservatiste à la frénésie consumériste.


Mais « révolution » dit bien ce que ça veut dire: un tour complet pour revenir à la même position.
Ainsi de la bille hypothétique tournant sans fin dans une petite boîte ronde:

- mouvement infini mais étroitement limité. Aussi nos « nationaux-révolutionnaires »
sont-ils que de rétrogrades conservateurs.
Le véritable fascisme raciste, c’est-à-dire celui de la Sororité Aryenne,  renomme la dichotomie
« civilisation du temps/civilisation de l’espace » en  dialectique « civilisation de l’Être/civilisation de l’Avoir »,
et résout sublimement cette contradiction en la dépassant par le concept de « civilisation du devenir ».



Les civilisations de l’Être sont celles de l’introspection et de la méditation,  
où la recherche n’a d’autre finalité que l’édification d’autres constructions intellectuelles
de plus en plus abstraites, toute application pratique y étant considérée comme vulgaire
et bassement matérialiste.  
Leur stabilité est surtout due à leur immobilisme, et leur intemporalité évoque les termitières d’Afrique
pointant vers le ciel :

- des monde clos retirés du temps où se déroulent sempiternellement les mêmes activités
selon un cycle hermétique.
Lorsque la réalité extérieure s’y introduit, en règle générale elles s’effondrent très vite.


Les civilisations de l’Avoir sont celles du consumérisme fiévreux , de la « religion du travail »
et du culte de l’action pour elle-même, sans autre fin qu’en générer toujours plus et surtout
sans se poser la question de sa finalité, ce qui permet toutes les manipulations
par des dirigeants immoraux 3.
Ce sont celles de la destruction de l’environnement  au nom de la « productivité », des tristes fêtes
en boîte de nuit où on s’abrutit encore plus qu’au travail, et des troubles psychiques engendrés
par un rythme de vie d’une imbécile et vaine effervescence .

La civilisation du Devenir transcende les deux précédentes en cherchant incessamment à se  perfectionner
et à se dépasser, tant au niveau social qu’individuel puisque tout deux sont inextricablement
liés et dépendants :

- elle est donc raciste et eugéniste, c’est celle de l’évolution humaine , ou tout du moins de ses races
en sont spontanément capables.
La civilisation du Devenir , celle de la femme et de l’homme aryen, est celle de  l’équilibre et l’harmonie
car elle se fonde sur la sentence de Friedrich Nietzsche « J’aime celui qui vit pour connaître,
et veut connaître pour que le surhomme soit.
Et qui, partant, veut son propre déclin
»
en l’étayant par celle de Gustave Le Bon
« Sans les traditions, pas de civilisation ; sans la lente élimination de ces traditions,
pas de progrès
»





¹  Sources : François Duprat,
« Quelques aspects du fascisme roumain »
dans la Revue d’histoire du fascime N°1, mai 1972.

² Julius Evola, « L’arc et la massue », chapitre 1

3 On assiste malheureusement à une équivalence de vacuité dans la conception de l’honneur
chez les militaires et les policiers, qui la confondent tant avec obéissance qu’ils persistent à suivre
obtusément les directives de ces instances corrompues qui les méprisent, et maltraitent sur ordre
et aveuglément les derniers à les respecter vraiment:

- les nationalistes, les patriotes etc…  ceci étant, ces deux corps étant de plus en plus
composés de chromatodermes, il n’y a que se souvenir de ce qu’il advint de la Rome Impériale
lorsque ses légions furent majoritairement composées de « barbares » pour savoir ce qui attend la France…


La Sororité Aryenne  queen

http://sororite-aryenne.com/

Le blog de Leyla de Aragón

Le blog de Carole Ravereaud

Le blog de Julie Couronne


Dernière édition par Admin le Dim 14 Déc - 18:40, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4835
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Civilisations de l’Être, civilisations de l’Avoir, civilisation du Devenir.

Message  Admin le Dim 14 Déc - 13:41

Non,en dépit d'une légende durable !

Beaucoup des membres de l'entourage d'Ernst Röhm
(le chef d'état-major de la SA,depuis 1931) étaient des homosexuels
(en fait,pour la plupart,des bisexuels).
Ils formaient " l'aile dure " du NSDAP,c'est-à-dire les utopistes,
proches des "nationaux-bolcheviks ",qui réclamaient la nationalisation
des grandes entreprises,ce qui est idéal pour stériliser la vie économique d'un pays.
C'est leur sotte agitation politique, jointe à de grossières provocations envers
les chefs du Parti et de l'Armée,qui leur a valu d'être liquidés au cours
de la "nuit des longs couteaux "
(une appellation absurde: tout s'est passé de jour et l'épuration s'est étalée
sur trois jours,touchant des oppositions de droite et de gauche).

Adolf Hitler
n'a été informé des penchants sexuels de Röhm,
l'un des rares hommes qu'il tutoyait,qu'au début de 1931 et lui a fait jurer
de n'avoir jamais de relation sexuelle avec un mineur d'âge.
Durant la campagne électorale des présidentielles,au printemps de 1932,
le Chancelier Brüning (du Centre catholique) a fait circuler un bobard:

- tous les membres de la SA sont des homosexuels
(ce qui faisait beaucoup d'invertis,la milice NS étant alors forte de 450 000 hommes).

Ce slogan ridicule ne remporte aucun succès à l'époque dans le Reich,
mais est adopté d'enthousiasme par la presse étrangère viscéralement antinazie
et servira de leitmotiv à nombre de poètes de l'écriture historique.

On peut rappeler que,durant le IIIè Reich, l'homosexualité publiquement affichée
été punie de 6 mois de " rééducation " en camp de concentration
et qu'elle était passible de la "peine de mort" dans la SS
.
Durant la guerre, un médecin danois dépravé,Carl " Vernaet"-Jansen a injecté
des implants d'extraits testiculaires à 15 homosexuels détenus au camp de Buchenwald,
provoquant la mort par complications infectueuses chez 13 d'entre eux.[/color]

Source :study

http://liberation-44.forumactif.org/t501-21-beaucoup-de-chefs-ns-etaient-ils-homosexuels#1934
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4835
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum