Philosophie du fascisme raciste.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Philosophie du fascisme raciste.

Message  Admin le Dim 23 Nov - 19:45

Philosophie du fascisme raciste.
par Brigid Trismegiste.


Toute l’histoire de l’humanité a été lutte des races, oppositions entre races conquérantes et races soumises, entre races dirigeantes et races dirigées, selon la logique du philosophe païen Héraclite d’Ephèse
(VIe siècle av. J.-C.) qui le premier émit l’idée du conflit des contraires se limitant l’un l’autre,
auquel sont dues la naissance et la conservation des êtres.

Pour son empirisme organisateur, le fascisme raciste choisit donc la méthode d’investigation héraclitéenne,
qui étudie les faits historiques en tant que processus, en tant que réalité en mouvement, en perpétuel devenir, prises dans les flots tumultueux de l’Histoire.
Cette méthode ne se laisse pas paralyser par d’artificielles antinomies entre « vrai » et « faux »,
entre « bien » et « mal », car elle inclue la double et conjointe idée de mouvement
et de contradictions surmontées.
Une religion ou une idéologie n’étant que le produit de pensées et de déductions dans un cerveau humain,
il ne peut y avoir de vérité unique, absolue, définitive et sacrée.
La vérité réside dans le processus de la connaissance même, dans le long développement humain
de la Science, et celle-ci n’arrive jamais, par la découverte d’une prétendue « vérité définitive »,
au stade où elle ne peut plus progresser.
La seule réalité est ce processus ininterrompu du devenir et du transitoire, c’est pourquoi le fasciste raciste récuse Platon et Hegel pour qui les objets réels ne sont que le reflet de tel ou tel degré de l’Idée Absolue.
A l’impératif catégorique de l’absolu moral de Kant, le fascisme raciste répond que la seule action humaine qui peut être érigée en loi universelle de la nature est le devoir de conservation et d’amélioration de sa race.


Le fascisme raciste refuse toute forme de transcendance, qu’elle soit religieuse ou théorétique.
L’organisation et les institutions de chaque nation doivent découler de l’âme raciale de ses habitants,
la race étant ici  « cette énergie accumulée par nos ancêtres, ces morts qui parlent en nous »  
selon le mot de Paul Bourget.  
Une simple observation du monde montre qu’on ne gouverne pas les Noirs comme des Blancs,
les Nordiques comme des Méditerranéens, etc…  
L’empirisme organisateur, adapté à chaque situation nationale, s’en trouve donc être immanence
qui dément tout universalisme panracial idéologique ou confessionnel, toute construction abstraite artificiellement appliquée à n’importe quel peuple sans distinction.
Et donc, à l’aphorisme d’Auguste Comte « La seule vérité absolue, c’est que tout est relatif »
le fasciste raciste du 21e siècle ajoute la sentence du Bureau de la Politique Raciale du NSADP
« Toutes les races sont une valeur suprême »

Le moteur de l’Histoire ne se trouvant donc pas dans les limbes de la transcendance,
il réside dans le monde matériel, seule réalité :

- c’est la dialectique raciale.

Toute l’histoire de l’humanité a été dialectique des races, entre races créatives et races infertiles,
entre races énergiques et races indolentes, entre races organisatrices et races incapables.
Ces juxtapositions raciales furent l’infrastructure sur laquelle se bâtirent toutes les superstructures politiques, juridiques et intellectuelles.
Ainsi la dialectique raciale détermina le processus social et culturel de la vie de chaque époque,
de chaque civilisation.
Car ce n’est pas le façon d’être sociale qui détermine la conscience d’une personne,
c’est son âme raciale qui détermine sa façon d’être sociale
,et donc, de la civilisation qu’il engendre.
Le fascisme raciste invalide donc tout surnaturalisme extérieur, que ce soit sous la forme de religion, d’occultisme ou de « paranormal » qu’il considère comme de vains amusements pour faibles d’esprit.


De cela il ressort que le fascisme raciste n’est pas quelque chose d’achevé ni d’immuable :

- son esprit même s’y oppose, en conformité avec l’idée d’Héraclite du perpétuel écoulement des choses.
La national-socialisme allemand, auquel le fascisme raciste du 21e siècle se réfère tout naturellement,
a simplement posé les pierres angulaires d’une société articulée selon une logique raciale.
Il appartient aux fascistes racistes d’aujourd’hui de prolonger dans toutes les directions,
en tenant compte du temps et du lieu, les données fondamentales révélées par de grands Français,
le comte de Gobineau, Vacher de Lapouge, Paul Bert¹, et mises en œuvre, de 1933 à 1939,
par Adolf Hitler.
Toutefois la pureté de ces données doit être à tout prix préservée au cours du travail nécessaire
d’adaptation historique:

- il convient donc de se garder de prétendus « nationaux-socialistes » qui tentent de les souiller
en y introduisant des éléments superstitieux d’origine sémite tels le christianisme ou l’islam;
et aussi de ceux qui les dessèchent en les figeant intégristement, et se croient fascistes alors
qu’ils le sont que réactionnaires, racistes alors qu’ils ne sont que xénophobes.
C’est pourquoi la doctrine fasciste raciste de la Sororité Aryenne dépasse et corrige l’hitlérisme
en l’adaptant aux changements éthologiques survenus depuis la défaite de 1945.



Le permanent et le changeant sont donc, toujours selon Héraclite, un des pôles de l’opposition suprême
qui est le moteur de l’Histoire.
Le permanent, c’est la Race, l’invariant qu’est l’âme raciale de chaque peuple; le changeant,
c’est la dialectique biologique dans le flux de l’histoire humaine, dont elle est le ressort.
Le fascisme raciste démontre qu’il est vain de vouloir comprendre le monde actuel en refusant
de tenir compte du facteur biologique :

-  inextricablement liés, tant l’hérédité que le milieu social et l’habitat géographique déterminent
les comportements de l’individu et de la communauté, mais uniquement dans les limites
et selon les potentialités inhérentes à l’origine raciale.


Le fascisme raciste se réclame de l’assertion du Dr. Hans FK Günther « Je penche pour l’hypothèse
selon laquelle la plupart des civilisations auraient connu leur essor à la suite du contact de deux races
et du déploiement d’énergie engendré par l’interaction des dirigeants et des dirigés »
( Der nordische Gedanke unter den Deutschen, 1927 ) en insistant sur l’absolue nécessité
d’une hiérarchisation des races en cas de cohabitation, et repousse celle du juif Ludwig Gumplowicz
« Sans antagonisme racial, il n’y a pas d’Etat et pas d’évolution de l’Etat, et sans fusion des races
il n’y a ni culture, ni civilisation
» ( Der Rassenkampf, 1909 ) qui sous couvert de dialectique
raciale invite au métissage:

- or toutes les grandes civilisations du passé en sont mortes et n’ont jamais pu être ressuscitées
sur leur lieu d’origine.
Personne ne peut sérieusement envisager que sorte quoi que ce soit de grand du Pendjab, de l’Iran,
la Grèce ou l’Italie du sud actuelles, au vu de leurs habitants.
Une mélange généralisé des races humaines conduirait à l’arrêt de l’évolution de l’humanité.
Le fascisme raciste voit donc dans la glorification du métissage un panégyrique du génocide,
et considère tout apologue du métissage comme un ennemi de l’humanité.


Constatant que les communautés déclassées n’ont, quelles que soient leur taille, jamais duré longtemps,
le fascisme raciste en déduit qu’au stade actuel de l’évolution de l’humanité, celle-ci nécessite
des sociétés organisées hiérarchiquement et sécurisantes moralement, donc pourvues de structures
étatiques fortes, pures de tout parlementarisme parasitaire empêchant la promptitude d’application
de mesures nécessaires.
L’Histoire enseignant également qu’aucune idéologie ne s’est imposée par la simple excellence de sa doctrine, mais par les capacités de ses représentants à utiliser la violence organisée, le fasciste raciste en déduit
que les qualités intrinsèques d’une idéologie sont des conditions nécessaires à sa longévité,
mais insuffisantes à son avènement et à sa mise en pratique.

Le premier dépend des hommes qui la professent, et la seconde des méthodes qu’ils utiliseront.
Le fascisme raciste estime donc moral et légitime l’usage de la violence dans les faits,
car si la théorie permet à l’action d’avoir lieu, l’action fait progresser la théorie en la corrigeant,
selon le principe héraclitéen, là encore, du monde en perpétuelle transformation.

Mais qu’on ne s’y trompe pas:

- le fasciste raciste ne croit pas, comme le gauchiste, que du mouvement de la multitude sortira
la solution appropriée, la réponse idéale. « L’infaillibilité des masses » du marxisme
ou « l’infaillibilité démocratique » du libéralisme ne sont que les versions sécularisées
de « l’infaillibilité de la Torah et de l’Evangile », soit un dogme rationaliste juif arbitraire de plus.
Le suffrage universel montre un peu plus, à chaque élection présidentielle, que rien n’est pire
que les choix du peuple laissé à lui-même.

Le fascisme raciste prend donc acte de ce que les grands changements historiques ne peuvent
être initiés que par des individus d’exception dotés de cette rarissime qualité qui est l’apanage
des seuls grands dirigeants : savoir mieux qu’elles-même ce que veulent vraiment les masses
.

Car l’inégalité naturelle des hommes, qui est l’un des piliers doctrinaux du fascisme raciste,
fait que seule une élite raciale soit en mesure de faire l’Histoire.

Et parce que le présent change constamment, l’Histoire change également :

- chaque époque a la sienne propre, que l’esprit de l’Héroïne ou du Héros fasciste raciste a créé
pour qu’elle cadre avec sa lucidité acribique et sa volonté de puissance.


Ainsi évite le fascisme, par une constante interaction de la praxis de de la doxa,
de choir dans un des deux gouffres opposés qui menacent toute idéologie:

- le dogmatisme, qui figerait la doctrine comme ces théocraties paralysant l’intelligence.

- le bonapartisme, qui en trop s’appuyant sur la passion charnelle de la nation pour son Dirigeant,
finirait au contraire par la vider de sa substance.

Car la théorie n’est rien sans la personne d’exception pour la faire appliquer:

- qu’on se rappelle ce que devint la Phalange Espagnole après la mort de José Antonio Primo de Rivera…
et inversement, l’homme d’exception sans la doctrine laisse après sa mort vide intellectuel et désolation morale. La complémentarité des deux est la base où s’équilibre l’harmonie du fascisme raciste.²


¹ Libre penseur et républicain, député gambettiste, Paul Bert (1833-1886)
a aussi été un grand rédacteur de manuels scolaires.
Certains d’entre eux furent régulièrement réédités de 1880 jusqu’aux années 1930
et diffusaient un message d’une autre teneur que les vomissures antiracistes des livres « d’éducation » actuels:







² Encore faut-il que la doctrine soit claire et explicite, et  d’assise scientifique,
ce qui exclut d’autorité tout texte religieux abscons dont une exégèse perverse peut faire dire
n’importe quoi et son contraire, ainsi que l’histoire des « religions du livre » nous le prouve.


queen

http://sororite-aryenne.com

http://caroleravereaud.wordpress.com

http://kawakay.wordpress.com
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4839
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum