Le « ghetto-boy » et Simone Veil : deux symboles de l’imposture du génocide ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le « ghetto-boy » et Simone Veil : deux symboles de l’imposture du génocide ?

Message  Admin le Lun 4 Mar - 12:59


Monday, December 31, 1979


Le « ghetto-boy » et Simone Veil : deux symboles de l’imposture du génocide ?




Le « ghetto-boy » et Simone Veil : deux symboles de l’imposture du génocide ?







Le ghetto-boy a été retrouvé en 1978.
Il n’a nullement été assassiné par les Allemands dans un prétendu « camp d’extermination ».
Il vit à Londres avec son père et sa mère. Il est richissime.
Ce « ghetto-boy » était devenu un symbole : le symbole d’un prétendu « génocide » du peuple juif.
Il va de soi que, s’il devait rester un symbole, ce ne pourrait plus être que le symbole de l’imposture
du « génocide ».

 


Le cas de Simone Veil est tout à fait semblable, quoique dans un sens inverse de celui du ghetto-boy
de Varsovie. Simone Veil, elle aussi, est très riche. Elle jouit apparemment d’une santé florissante.
Elle a longtemps été notre ministre de la Santé. Elle est devenue présidente du Parlement européen.
On nous rappelle avec insistance qu’elle a été internée à Auschwitz.
Mais ce que l’on nous cache, c’est qu’elle est... morte à Auschwitz.
Elle a été gazée à Auschwitz-Birkenau le 16 avril 1944. Elle fait officiellement partie de l’immense
cohorte des (faux) morts et des (faux) gazés du camp d’Auschwitz.
Elle est, elle aussi, à sa façon, un symbole de l’imposture du « génocide ».




Simone Veil n’a pas de responsabilité personnelle dans le fait que des historiens, plus soucieux
de propagande que de vérité, aient fabriqué de longues listes de prétendus gazés dans lesquelles
son nom de jeune fille (Simone Jacob, née le 13 juillet 1927 à Nice) figure parmi les noms d’autres
femmes ou jeunes filles qui, elles non plus, en réalité, n’ont pu être gazées le 16 avril 1944.
En revanche, le ghetto-boy a une responsabilité personnelle, sinon dans la création de sa légende,
du moins dans la persistance et dans le succès de cette légende.
Ce n’est que contraint et forcé qu’il a révélé le pot aux roses.
Trop de gens s’étaient mis à exploiter le filon, notamment en Israël, et se vantaient d’avoir connu
de près le ghetto-boy. L’intéressé avait donc dû, à la longue, rappeler son existence et son identité.




Le ghetto-boy est ce tout jeune garçon à casquette qu’on voit lever ses petits bras en l’air sous la menace
des armes des soldats allemands.
La photo a fait le tour du monde. Les textes de présentation de cette photo sont variables mais tous
donnent à entendre que la scène s’est déroulée lors de l’insurrection du ghetto de Varsovie
vers avril-mai 1943 et l’on nous dit , ou bien on nous laisse entendre,que cet enfant et le groupe de juifs
qui l’entourent ont été conduits vers un « camp d’extermination ».
Or, la réalité aurait été toute différente.
A en croire le Jewish Chronicle, c’est en 1941 que se situait la scène [1].
L’enfant (et tout le groupe qui l’entourait, portant des sacs ou des ballots) avait été surpris
par des soldats allemands en train d’effectuer une opération de police déclenchée à l’occasion
de la venue à Varsovie d’une importante personnalité nazie.
« J’étais un voleur de première force ; je volais pour survivre », devait déclarer au Jewish Chronicle
l’ex-ghetto-boy.
L’enfant avait été conduit au poste de police. Sa mère, qui n’avait pas assisté à la scène de l’arrestation
et qui se demandait ce que son fils était devenu, était allée le réclamer au poste de police.
L’enfant lui avait alors été remis par la police allemande.




A côté des vrais résistants, des vrais déportés, des vrais médaillés, des vrais morts ou assassinés,
il existe des cohortes entières de faux résistants, de faux déportés, de faux médaillés, de faux morts
ou assassinés.
L’historien se doit de vérifier cas par cas toutes les listes de héros ou de victimes qu’on lui présente.
Il ne doit accueillir qu’avec circonspection des phrases du genre de :
« Toute ma famille a disparu. »
Il doit exiger les identités complètes de ces disparus et vérifier, cas par cas,
s’il y a lieu d’accuser les Allemands.
Avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui et, en particulier, avec les ordinateurs,
ce travail de recherche est tout à fait possible.




Mais d’ores et déjà nous possédons pour les juifs déportés de France, qu’il s’agisse de juifs français
ou étrangers, d’un document précieux :

 
- Le Mémorial de la déportation des Juifs de France
rédigé par Me  Serge Klarsfeld, édité et publié par Beate et Serge Klarsfeld en 1978 à Paris.
Ce livre qui coûte cent vingt francs est de six cent cinquante-six pages de format 21 x 29,5 cm ;
comme ses pages ne sont pas numérotées, je le citerai ici d’après ma propre pagination.
L’auteur de ce gros ouvrage est résolument exterminationniste.
Il cautionne les positions les plus contestables de l’histoire officielle.
Il travaille au CDJC de Paris (Centre de documentation juive contemporaine) dans le même esprit qu’un Georges Wellers.
Je ne relèverai pas ici, mais seulement dans une étude à venir, les manipulations auxquelles Me Klarsfeld
n’a pas craint de se livrer.

Le titre de l’ouvrage est à lui seul fallacieux.

Il donne à entendre,et c’est bien ainsi qu’il a été présenté à sa sortie , que ce livre est
un « annuaire de la mort » alors qu’en réalité il s’agit de listes de personnes
qui ont fait partie de convois ferroviaires à destination principale mais non exclusive des camps
de concentration, et cela du début à la fin de la déportation des juifs de France, c’est-à-dire de mars 1942
à août-septembre 1944
.
Mais laissons ces points de côté et sachons que, derrière le tapage publicitaire qui a accueilli ce gros livre,
on se trouve devant une pièce qui marquera une date importante dans l’histoire véridique de la déportation. Cette date de 1978 me paraît presque aussi capitale que celle du 19 août 1960.
C’est ce jour-là, on le sait, que l’hebdomadaire Die Zeit publiait l’extraordinaire « rétractation »
du Dr Martin Broszat.
Ce membre éminent de l’Institut d’histoire contemporaine de Munich, exterminationniste convaincu,
confiait piteusement à Die Zeit qu’il n’avait  pas  fonctionné  une  seule  « chambre  à  gaz »
sur  tout  le territoire de l’Ancien Reich
.


L’Histoire est ainsi faite.
Elle conduit à réviser ce que la foule croit acquis une bonne fois pour toutes.
Son essence est d’être révisionniste.


Qu’il l’ait voulu ou non, le livre de Me Klarsfeld nous permet d’établir de longues listes de faux gazés
avec, presque à chaque fois, nom, prénom, date et lieu de naissance, date et lieu de départ du convoi,
date et lieu d’arrivée du convoi.


Il faut lire avec attention les pages neuf à douze du Mémorial.
On y découvre que les chiffres de « gazés » pour chaque convoi ont été mis au point,
non pas, comme on aurait pu le penser, par les autorités du musée national d’Auschwitz en Pologne,
mais par les autorités du CDJC de Paris.
L’origine des manipulations dont je vais donner quelques exemples est à chercher non pas du côté
des communistes polonais mais du côté de juifs français dont l’organisme fonctionne en partie
avec l’argent du contribuable français que lui verse le CNRS (Centre national de la recherche scientifique).
Ce n’est pas que les communistes polonais aient été dupes de ces chiffres puisque le mécanisme
de leur détermination a été manifestement le même pour tous les pays.
Ils ont sans vergogne « fabriqué » des gazés sans nous révéler leurs modes de calcul.
Il semble qu’en gros ce calcul ait été le suivant :

-  on a comptabilisé comme « gazés » les déportés qui auraient dû arriver
à Auschwitz mais qui n’y sont pas arrivés ;

- on a également baptisé comme « gazés » les déportés qui, arrivés à Auschwitz,
n’y ont pas été immatriculés.

Nous allons voir comment les manipulateurs ont été ainsi amenés à commettre de fatales erreurs
que Me Klarsfeld, prenant les devants de la critique révisionniste, a lui-même relevées.
Notons toutefois que ce dernier ne nous révèle pas plus que ses devanciers comment il a procédé
pour faire ses propres comptes de « gazés », car, bien entendu,
tout en réduisant sensiblement le nombre des « gazés », Me Klarsfeld maintient
qu’on gazait à Auschwitz.
Notons enfin le curieux mode de calcul qu’il a employé pour déterminer, parmi l’ensemble des déportés
juifs de France, le nombre des survivants et celui des morts.
Me Klarsfeld nous demande de considérer comme morts tous les juifs qui ne sont pas revenus en France
tout de suite après la guerre
pour s’y déclarer vivants !

Pris de scrupule, il est tout de même allé consulter les archives belges pour voir si des juifs déportés
de France ne s’étaient pas, après la guerre, installés en Belgique.
Or, quand on sait que la très grande majorité des juifs déportés de France étaient des étrangers,
on ne voit pas pourquoi ces gens seraient revenus après la guerre dans un pays qui les avait livrés
aux Allemands. Me Klarsfeld aurait pu étendre ses recherches à une bonne dizaine de pays étrangers.
Le Service international de recherches d’Arolsen lui aurait certainement permis de dépister bien des juifs survivants dans ces pays-là.
Pour commencer, Me Klarsfeld aurait pu préciser à ses lecteurs qu’il avait systématiquement accordé
la nationalité française à tous les enfants nés en France de parents étrangers
.
Si une législation souhaitée par Me Klarsfeld fait de ces enfants-là des citoyens français,
il se trouve qu’à l’époque ce n’était pas le cas pour la législation en vigueur :

- aux yeux d’une loi française qu’on peut déplorer ou critiquer, ces enfants étaient des étrangers.



La guerre a pris fin le 8 mai 1945.


Me Klarsfeld considère comme morts les juifs, étrangers pour la très grande majorité d’entre eux,
qui ne sont pas revenus en France se déclarer vivants, au plus tard le 31 décembre 1945 !
C’est se moquer. Pour commencer, on se demande pourquoi ces gens seraient venus se déclarer vivants
au ministère des Anciens Combattants qui ne tenait officiellement aucune liste de «survivants»
et ne demandait donc pas qu’on aille frapper à sa porte pour y compléter sa liste officieuse.
Ensuite, si je comprends bien Me Klarsfeld, toute personne qui serait passée au ministère à partir
du début de janvier 1946 pour s’y déclarer vivante serait comptée comme morte dans les listes du Mémorial.
Ce type de comptabilité surprend d’autant plus que, depuis trente-cinq ans, ce ministère tient liste
ouverte de tous ceux qui, chaque année, se réveillent d’un long engourdissement pour demander
à être enregistrés comme anciens déportés politiques ou résistants, soit en leur propre nom,
soit pour un ayant-droit ; ces étranges retardataires sont accueillis, leur cas est examiné et,
si leur dossier est reconnu valable, les associations d’anciens déportés les reçoivent avec plaisir dans leur sein. Quand on voit que, malgré d’importants intérêts financiers, des gens attendent trente-cinq ans
pour signaler leur existence aux pouvoirs publics, on se doute que beaucoup d’hommes et de femmes
ont négligé de se faire porter sur des listes officieuses où leur inscription ne leur apportait aucun avantage d’aucune sorte.




Le Mémorial permet d’établir de longues listes de faux gazés.
Je répète qu’il s’agit de faux gazés au point de vue même de Me Klarsfeld.
Mais un complément au Mémorial est nécessaire pour certaines vérifications.
Il s’agit des Cahiers d’Auschwitz. Ces Cahiers sont publiés en polonais, en russe et en allemand.
En allemand, ils portent le titre de Hefte von Auschwitz.
Je les désignerai ici sous le titre de Hefte que je ferai suivre du numéro de tomaison,
du chiffre de l’année de parution et du numéro de page. Il s’agit d’une publication réputée scientifique
et de caractère officiel, émanant du musée d’Oswiecim (nom polonais d’Auschwitz).
Six numéros de ces Hefte sont particulièrement précieux ; ils contiennent
le «calendrier des événements du camp de concentration d’Auschwitz».
Ce calendrier a demandé de longues années de travail.
On s’y reporte couramment pour savoir la provenance et le sort des convois de déportés de tout pays.
A vrai dire, l’esprit de propagande y est presque toujours présent et seules ont été triées les informations propres, dans l’esprit des communistes polonais, à charger les « fascistes allemands ».
On a, d’autre part, la surprise d’y voir noter la plupart du temps le nombre des « gazés » à l’unité près,
mais nous ne reviendrons pas sur ce point.
Nous nous contenterons d’en relever les anomalies signalées par Me Klarsfeld lui-même.




Voici trois types d’anomalies dont la responsabilité première incombe au CDJC de Paris
et la responsabilité seconde au musée d’Oswiecim :




1) convois de pure fiction avec « gazés » fictifs ;


2) convois dirigés ailleurs que sur Auschwitz avec « gazés » fictifs ;


3) convois réellement parvenus à Auschwitz avec vrais « gazés » et « gazés » fictifs.




Je me contenterai de quelques exemples de ces trois anomalies :





1) Convois de pure fiction avec, par conséquent, gazés de pure fiction :




– convoi du 24 juin 1943, Hefte n° 4, 1961, p. 109, 509 gazés fictifs ;


– second convoi du 28 oct. 1943, Hefte n° 6, 1962, p. 74, 728 gazés fictifs ;


– second convoi du 20 janv. 1944, Hefte n° 7, 1964, p. 75, 749 gazés fictifs.




                       Total : 1 986 gazés fictifs.




Pour ces convois on se reportera notamment aux pages 10 et 470 du Mémorial.
On pourrait ajouter encore le convoi « arrivé »
fictivement à Auschwitz le 28 mars 1943 et comptant mille gazés fictifs ;
(voyez Hefte n° 4, 1961, p. 86, et le Mémorial, p. 416).




2) Convois dirigés ailleurs que sur Auschwitz et, par conséquent, non gazés :




–  convoi parti de Drancy le 4 mars 1943, Hefte n° 4, 1961, p. 80,
ainsi que le Mémorial p. 386-389, 1 000 gazés fictifs ;


– convoi parti de Drancy le 6 mars 1943, Hefte n° 4, 1961, p. 81, ainsi que le Mémorial,
ibid., 1 002 gazés fictifs ;


–  convoi parti de Drancy le 15 mai 1944, Hefte n° 7, 1964, p. 95,
ainsi que le Mémorial p. 53, 1 410 gazés fictifs.




Le raisonnement tenu par nos « historiens » officiels semble avoir été le suivant :

« Puisque ces convois sont bien partis de Drancy et puisque, d’autre part, on ne trouve pas trace
de leur arrivée à Auschwitz, c’est qu’ils ont été intégralement gazés


En réalité, les personnes des deux premiers de ces convois étaient descendues en gare de Cholm
pour rejoindre le camp de Majdanek, tandis que celles du troisième de ces convois étaient dirigées
pour partie sur Kaunas (Lituanie) et pour partie sur Reval (Estonie).
D’une façon générale, il faut voir à la page 12 du Mémorial comment des milliers d’autres personnes
ont été comptabilisées comme gazées parce qu’au lieu d’être sélectionnées pour le travail à Auschwitz
elles l’avaient été à Cosel, ville située à cent vingt kilomètres d’Auschwitz !




3) Convois avec, pour Me Klarsfeld, « vrais gazés » et « gazés fictifs » :


– convoi du 13 avril 1944, Hefte n° 7, 1964, p. 88, ainsi que le Mémorial p. 509 ;


– convoi du 20 mai 1944, Hefte n° 7, 1964, p. 80, ainsi que le Mémorial p. 531.





Dans ce type de convois, les Hefte ont commis la fatale erreur de décréter qu’hommes et femmes
avaient été gazés à l’exception d’un nombre donné d’hommes, d’où ils déduisaient que toutes
les femmes avaient été gazées
.
En conséquence, on n’aurait dû trouver aucune survivante de ces convois.
Or Me Klarsfeld a bien dû se rendre à l’évidence et constater que les survivantes ne manquaient pas,
à en juger simplement par les listes minimales et minimisantes qu’il avait en sa possession.




En bonne logique, Me Klarsfeld aurait dû conclure que pour ces convois les statistiques de gazage
n’avaient aucune valeur.
En effet, prenons l’exemple du premier de ces convois. Voici ce qu’en disent les Hefte :



"Transport du camp de Drancy, mille cinq cents juifs. Après la  sélection,  cent  soixante-cinq  hommes
[en  allemand : Männer] ont été remis au camp comme détenus ; ils ont reçu les numéros 184 097 à 184 261. Les autres gens ont été gazés [en allemand : Die Übrigen wurden vergast]."





Me Klarsfeld fait, à la page 509 de son Mémorial, le commentaire suivant :


"Le « calendrier » d’Auschwitz ne mentionne aucune femme sélectionnée mais cela est inexact,
car en 1945 on comptait soixante-dix femmes survivantes de ce convoi".



A ces soixante-dix femmes Me Klarsfeld est bien obligé d’ajouter Simone Jacob, devenue célèbre
sous le nom de Simone Veil.
Autrement dit, voilà nos comptables de gazages pris soixante-et-onze fois en flagrant délit d’erreur.
Comment leur accorder la moindre confiance pour le reste ?
Et d’où vient que Me Klarsfeld ne pose pas ici publiquement la question qui s’impose
et qu’on peut formuler ainsi :

"Mais, enfin, d’après quel critère les juifs de Paris et les Polonais d’Oswiecim ont-ils déterminé
le nombre des gazés ?
Et, pour commencer, comment ont-ils fait pour attribuer la mention de « gazé », ne serait-ce
qu’à un seul déporté ?"






Car les formidables « erreurs » commises en ce qui regarde les déportés juifs de France,
il n’y a aucune raison qu’elles n’aient pas été aussi commises pour tous les autres déportés.





Les listes de déportés sont nominales.
Les listes de « gazés » devraient l’être aussi puisque l’on se permet de donner
le nombre des « gazés » à l’unité près, le plus souvent.




Me Klarsfeld a publié la liste nominale des déportés juifs de France.
D’un trait de plume infiniment discret il a signalé à ses lecteurs les noms des survivants ou plus
exactement les noms de ceux auxquels, avec une extraordinaire parcimonie, il a accordé la mention
de « survivants ».
Il lui reste pour la prochaine édition de son ouvrage à marquer d’un signe quelconque les noms
des déportés qui, d’après lui, ont été « gazés ».
Et, bien entendu, il nous ferait savoir d’après quelles preuves vérifiables il se permet d’accuser
les Allemands d’avoir commis le crime affreux de gazer telle ou telle personne.




Me Klarsfeld a le mérite d’avoir corrigé ce qu’il appelle les « erreurs » du CDJC de Paris
et celles du musée d’Oswiecim.
Mais il faut être clair sur ce point. Me Klarsfeld a corrigé seulement les « erreurs » ,
la foule des « erreurs »  qu’il ne pouvait pas ne pas corriger.
Il a, comme on dit, « limité les dégâts ».
Il est, en effet, trop évident que, si un convoi n’a pas existé, ce convoi n’a pu avoir de « gazés ».
De la même façon, si un convoi est allé ailleurs qu’à Auschwitz, ce convoi ne risque pas d’avoir
été « gazé » à Auschwitz
.
Enfin, si des personnes officiellement considérées comme « gazées » réapparaissent
bien vivantes, en chair et en os, comme, par exemple, Mme Simone Veil, c’est apparemment
qu’elles n’ont pas du tout été tuées en « chambre à gaz ».
Il est dommage pour nos historiens officiels qu’ils aient commis l’étourderie d’écrire à propos de tel convoi :


" Mille cinq cents juifs [...] cent soixante-cinq hommes remis au camp comme détenus [...]
les autres gens ont été gazés
.



Il suffisait dans ce cas de retrouver parmi les survivants une ou plusieurs femmes pour
que l’« erreur » se découvre.
Il aurait mieux valu pour ces historiens se ménager une porte de sortie en prévoyant pour chaque envoi
deux lots d’hommes (les sélectionnés et les « gazés ») et deux lots de femmes
(les sélectionnées et les « gazées »).
C’est d’ailleurs ce qu’ils ont presque toujours fait. Le système a du bon.
Il permet, si l’on découvre après la guerre des survivants de tel ou tel convoi, d’inclure
automatiquement et rétroactivement ces miraculés parmi... les sélectionnés
.
Rien de plus simple :

- si l’ancien déporté est mort, c’est qu’il a été enregistré comme « gazé » et,
si l’ancien déporté est vivant, c’est qu’il a été enregistré comme « sélectionné pour le travail ».




Résumé du cas particulier de Simone Veil.




A la page 519 du Mémorial de la déportation des juifs de France de Me Klarsfeld, on découvre
dans la colonne de gauche le nom de Simone Jacob, née le 13 juillet 1927 à Nice.
Cette jeune fille a fait partie d’un convoi de mille cinq cents juifs, hommes et femmes, parti de Drancy
(où les juifs étaient internés dans un groupe d’HBM, ou habitations à bon marché) le 13 avril 1944.
Pour savoir ce qu’est officiellement devenu ce convoi, il suffit de se reporter aux Hefte von Auschwitz.
Ces Hefte ont été rédigés par les autorités du musée d’Oswiecim en Pologne.
Ces autorités ont travaillé, pour les juifs de France, avec le CDJC de Paris
(dont le principal responsable scientifique est Georges Wellers) ; c’est même le CDJC qui a,
d’après Me Klarsfeld, la principale responsabilité dans l’historique des convois et la comptabilité générale
de la déportation des juifs de France.
Le Heft no 7, publié en 1964 (soit près de vingt ans après la guerre, ce qui laissait une marge de réflexion
aux historiens, archivistes et statisticiens pour vérifier leurs affirmations), porte à la page 88
de l’édition allemande que ce convoi est arrivé à Auschwitz le 16 avril 1944.
On lit exactement ceci :


"Transport du camp de Drancy, 1 500 juifs.
Après la sélection, 165 hommes ont été remis au camp comme détenus ;
ils ont reçu les numéros 184097 - 184261. Les autres gens ont été gazés".




La jeune Simone Jacob a donc été gazée.
Si l’on se reporte par ailleurs à ce que nos historiens officiels ont écrit sur l’opération du gazage,
il est possible de préciser que Simone Jacob a été gazée le jour même de son arrivée,
c’est-à-dire le 16 avril 1944, très précisément à Auschwitz-Birkenau
.



Or, Simone Jacob est en fait revenue d’Auschwitz.
Son numéro d’immatriculation était le 78651, si je dois en croire Le Nouvel Observateur
du 5 mars 1979, p. 34.
Elle n’a pas été enregistrée par le ministère des Anciens Combattants.
Soixante-dix de ses compagnes du même convoi ont, elles, été enregistrées dès 1945
comme survivantes mais le nombre des survivantes est certainement très supérieur à ce chiffre.



Simone Jacob, par son mariage, est devenue Simone Veil.
Elle est présidente du Parlement européen.
Elle a beaucoup fait pour obtenir la projection en France du film d’horreur et de propagande
qu’est Holocauste.
Elle a en quelque sorte présidé le faux débat sur Holocauste.
Elle s’est montrée extraordinairement discrète, pour ne pas dire fuyante, sur le sujet des « chambres à gaz ».



Plus fuyant ou plus discret encore s’est montré un autre participant à ce faux débat :
M. Maurice Benroubi. Ce personnage venait de se vanter dans L’Express lors d’une interview
recueillie par le journaliste Philippe Ganier-Raymond d’avoir travaillé aux « chambres à gaz »
et d’être, par conséquent, un de ces témoins exceptionnels dont tout le monde entend parler
et que personne ne parvient jamais à localiser [2].
Hélas pour nous, M. Benroubi ne devait, le soir du faux débat, pas même prononcer les mots
de « chambre à gaz ».
Pour une fois, je me permettrai une supputation :

- Mme Simone Veil ou M. G. Wellers ou un autre participant de ce débat à sens unique, ou encore
tous les participants à la fois , avaient demandé à cet encombrant témoin de garder pour lui
son « témoignage ».
Me croira-t-on si j’affirme que j’avais prédit à mon entourage que M. Benroubi, plus que personne,
se montrerait tout à fait discret sur le sujet des « chambres à gaz » ?



Le cas de Simone Veil n’a rien d’exceptionnel.
L’ouvrage de son ami Me Serge Klarsfeld nous permet de citer par leurs noms des milliers de « gazés » fictifs. Mme Simone Veil est pour beaucoup de journalistes une personnalité de valeur exemplaire, admirable, symbolique.
Pour ma part, je découvre, grâce en partie à Me Serge Klarsfeld, qu’elle peut aussi symboliser
à sa manière l’imposture du « génocide ».




study scratch

31 décembre 1979


[1] 11 août 1978, p. 1-2.


[2] L'Express, 3 au 9 mars 1979, p. 5 et 107-110.



Sources :



http://robertfaurisson.blogspot.it/search?updated-min=1979-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=1980-01-01T00:00:00-08:00&max-results=23

http://www.chiourim.com/drancy_%3a_des_d%c3%a9port%c3%a9s_ont_laiss%c3%a9_des_messages5519.html


http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/04/28/serge-klarsfeld-publie-une-nouvelle-edition-du-memorial-de-la-deportation-des-juifs-de-france_1692745_3224.html

Posted by N

Labels: "Ghetto Boy", "génocide", "Le Nouvel Observateur", "L’Express", Arolsen, Auschwitz,
CDJC, Drancy, Klarsfeld, Maurice Benroubi, Musée d’Etat d’Auschwitz, Simone Veil, Wellers


Dernière édition par Admin le Ven 9 Jan - 11:51, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4835
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le « ghetto-boy » et Simone Veil : deux symboles de l’imposture du génocide ?

Message  Admin le Ven 9 Jan - 11:50


Le « ghetto-boy » et Simone Veil :
deux symboles de l’imposture du génocide ?

Suite (2è texte) :
http://robertfaurisson.blogspot.it/1979_12_01_archive.html
avatar
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 4835
Age : 67
Localisation : Baie du Mont-Saint-Michel
Date d'inscription : 06/03/2008

http://europe-en-guerre.discutforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum